Coaching des Talents | Partir ou rester, c’est toujours résister !
Le cabinet « Coaching des Talents » propose des prestations sur mesure en coaching professionnel, co-développement, formation, conseil RH, bilan et outplacement. Situé à Paris, La Défense et Rueil-Malmaison, le coach-consultant accompagne et dynamise l’évolution de la carrière et ses transitions professionnelles.
coaching, coach, conseil, coaching des talents, accompagnement, carrière, conseiller, guider, outplacement, formation, co-développement, emploi, développement, paris, la défense, rueil-malmaison, rueil, coach paris, coach rueil, ressources humaines, contrat, recrutement, emploi, transition professionnelle, enthousiasme, écoute, empathie, éveilleuse de talents, sens de l’écoute, compagnon de route, facilitateur, miroir relationnel, quintessence du coaching, posture maïeutique, être en conscience, prendre soin de l’autre, fluidité, bienveillance, compassion, écoute active, confronter, PNL, vision du monde, croyances, valeurs, métaphore, pépites, boîte de pandore, émotions, éthique, établir la cadre, obligation de moyens, objectivité, entrainer, accompagner, motiver, cocher, croyances, éthique, relation d’aide, silence, vulnérabilité, changement, histoire de vie, autonomie, sens, transition, éveil, autonomie, maturité, supervision, groupe de pairs,
16105
post-template-default,single,single-post,postid-16105,single-format-standard,ajax_updown,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-theme-ver-6.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.5,vc_responsive

Partir ou rester, c’est toujours résister !

02 Fév Partir ou rester, c’est toujours résister !

Partir ou rester, ses raisons et ses sentiments peuvent éclairer quelque peu l’attitude de tous ceux qui, dans leur boîte, se demandent souvent s’ils doivent rester ou pas. Parfois résister c’est rester, parfois résister c’est partir.

C’est qu’un nouveau salarié arrive très souvent dans une entreprise avec le désir de lui apporter du sang neuf, et c’est même très fréquemment la volonté de ceux qui les recrutent. Mais ils savent, et le fraîchement arrivé le sait aussi, qu’il va d’emblée se heurter à un épais mur, une forteresse de lourdes pierres d’inertie. Et à une volonté farouche de ne rien changer. Alors le petit dernier va s’accrocher, tenter de changer les choses de l’intérieur, résister et rester. Pendant un temps, il va tout tenter, remuer le ciel, la terre, son service et celui d’à côté, s’attaquer au continent de process, d’idées obsolètes et d’organisations archaïques. Si ses idées nouvelles trouvent la brèche et infusent de la nouveauté dans la lourdeur affichée pour l’alléger, il aura gagné. Il s’épanouira et s’installera, jusqu’à ce que ses modernes systèmes de pensée s’engourdissent, deviennent obsolètes à leur tour et soient rafraîchis par ceux d’un plus nouveau que lui. C’est ainsi que l’innovation se renouvelle.
Mais plus souvent que de temps en temps, ce scénario parfait s’échoue sur la grève des réticences, des collègues bornés et des lourdes structures figées. Alors le nouveau, lorsqu’il ne l’est plus trop, se coule dans le moule et se fait avaler par le système. Il ne résiste plus. Mais s’il n’accepte pas son sort, il n’a plus qu’à accomplir un acte fort. Partir est effectivement une autre forme de résistance. Échouer une fois n’est pas échouer toujours. Il suffit d’enfiler son casque, de grimper sur son vélo, et de s’en aller tenter de trouver ailleurs une autre montagne à déboulonner. Les entreprises monolithiques à assouplir ne manquent pas.